Marvel a-t-il peur du renflement de Namor dans Black Panther : Wakanda Forever ?

Considérez un instant le sort de l’acteur de super-héros doté d’un pénis.

C’est un défi de taille, jouer à faire semblant tout en devant incarner des idéaux physiques impossibles et aussi porter des costumes élaborés destinés à se rapprocher des tenues dessinées sur la page sans trop se soucier de la physique. De plus, ces costumes ne sont pas conçus pour la vraie vie, mais pour l’écran. Parfois, cela fait d’être un véritable être humain un inconvénient – ​​les bites peuvent entraver ce qu’un film de super-héros essaie d’accomplir. Dans le cas de l’univers cinématographique Marvel, la mission est souvent de dépeindre des héros aussi conventionnellement attirants et sans sexualité que possible. Parfois, c’est difficile.

Cela m’est venu à l’esprit dans la semaine qui a suivi la sortie de Panthère noire : Wakanda pour toujours. Les membres de l’équipe ont partagé des images des coulisses sur les réseaux sociaux, et les fans en ont repéré un en particulier, différence notable par rapport aux images finales du film: L’acteur Tenoch Huerta, qui joue l’anti-héros aquatique Namor dans le film, semble avoir vu le renflement de son costume réduit.

Avant de continuer, il convient de noter que « costume » est un terme généreux. Dans les bandes dessinées, la tenue la plus emblématique de Namor est un Speedo vert composé d’écailles quelconques, associé à sa mauvaise attitude. Pour les débuts de Namor dans Marvel Cinematic Universe, la tenue a été un peu plus élaborée. Le Speedo a été remplacé par un short de bain moulant, et il a été complété par de nombreux bijoux qui ne vraiment fonctionne comme une chemise mais peut être appelé charitablement une cuirasse. Le calcul de la situation est simple, cependant : mettez quelqu’un avec un pénis en short de bain dans l’eau, et les résultats peuvent être éclairants.

Voir aussi :   La personnalisation des tenues de Pokémon Scarlet et Violet est très limitée

Le renflement est une préoccupation régulière dans la conception de costumes de super-héros, car les costumes ajustés qui sont destinés à mettre en valeur – ou à améliorer – les corps idéalisés laissent peu à l’imagination, et même l’aident, par leur conception. Mais les idées culturelles sur la « pertinence » doivent également être respectées, et Disney est sans doute la plus rigide dans sa quête pour être la mégacorporation la plus « familiale » dans le domaine du divertissement. Habituellement, cela se traduit par un travail très dur pour nier que le sexe existe ou que les gens sont capables d’en avoir.

Ceci, comme beaucoup l’ont noté sur les réseaux sociaux, aboutit à l’hypothèse extrêmement drôle et très plausible qu’il y a des gens quelque part dans un bureau Marvel ou Disney qui travaillent très dur pour éditer chaque séquence qui pourrait avoir une bouffée de pénis, de peur que le monde être scandalisé par l’existence d’organes génitaux. (Un publiciste de Disney n’a pas répondu à la demande de commentaire de JeuxServer.)

Vu sous cet angle, c’est risible. Les gens ont des bites ! Le contexte n’est pas lubrique, et faire toute une histoire sur quelque chose est un excellent moyen d’attirer l’attention dessus.

Cependant, il existe plusieurs autres explications plausibles – Disney étant dégoûté des bites n’est que la plus amusante à contempler. Il est également possible, par exemple, que le simple capitalisme soit en jeu ici, car les images jugées «inoffensives» ont la plus longue portée sur les différentes mœurs culturelles et sociales à travers le monde. Il est également possible que Huerta lui-même ne veuille pas que son membre soit indirectement servi sur le grand écran dans l’un des plus grands films de l’année.

Voir aussi :   Où trouver le bunker de Bao Bros dans Fortnite Chapter 3 Season 4

Dans ce cas, permettez-nous de vous offrir nos sympathies. Les super-héros de bandes dessinées peuvent être personnages merveilleux mais aussi asexués, et les exigences de leur domination au box-office signifient que de vraies personnes doivent être déformées dans des formes définies uniquement par des muscles et des idéaux, qui se reflètent ensuite dans les costumes. Mais ce n’est qu’une première étape, car la personne qui porte les vêtements n’est qu’un autre tissu que les tailleurs numériques doivent sculpter, tailler et rentrer au besoin, jusqu’à ce qu’il y ait peu de différence entre le personnage vu à l’écran et l’impossible qui est né le la page.

Laisser un commentaire