Meilleurs films de science-fiction sur HBO Max (novembre 2022)

La science-fiction est un genre bourré d’idées. Des futurs lointains peuplés d’intelligences extraterrestres impénétrables et de vastes mondes tachetés à travers l’étendue des années-lumière aux reflets étranges de notre présent réfractés à travers le prisme de la spéculation, aucun autre genre n’offre autant de créativité et de flexibilité dans l’exploration de l’humain (et non -condition humaine.

En ce qui concerne sa sélection de films de science-fiction disponibles en streaming, HBO Max a l’embarras de la richesse. Des classiques canoniques aux favoris contemporains, la bibliothèque de titres du streamer est honnêtement stupéfiante. Nous avons passé au peigne fin les meilleurs pour vous apporter ce que nous pensons être le meilleur du meilleur que HBO Max a à offrir en termes de science-fiction.


2001 : L’odyssée de l’espace

Image: Warner Bros Pictures

An: 1968
Durée: 2h 19m
Directeur: Stanley Kubrick
Moulage: Keir Dullea, Gary Lockwood, Douglas Rain

Il y a des films de science-fiction avant 2001 : L’odyssée de l’espaceet il y a des films de science-fiction après 2001 : L’odyssée de l’espace. L’opus magnum de Stanley Kubrick se démarque dans la grande histoire de la science-fiction et du cinéma un peu comme le ferait un monolithe rectangulaire noir dans un désert préhistorique. Après avoir découvert un mystérieux artefact à la surface de la lune, une équipe de scientifiques – dont le Dr David Bowman – embarque à bord du vaisseau spatial Discovery One vers Jupiter à la recherche de ses origines.

Lorsque le système d’IA du navire Hal 9000 atteint la conscience, menaçant par la suite la vie de tous ceux à bord, Bowman et co. doit travailler pour désactiver l’IA et franchir le seuil d’une frontière extraterrestre au-delà de l’espace, du temps et de la compréhension humaine. Écrit par le célèbre auteur de science-fiction Arthur C. Clarke et doté d’effets spéciaux conçus par Douglas Trumbull, 2001 : L’odyssée de l’espace n’est pas seulement l’un des plus grands films de science-fiction de tous les temps ; c’est l’un des plus grands films jamais produits, point final. —Toussaint Egan

Dune

Timothée Chalamet dans le rôle de Paul Atreides et Rebecca Furguson dans le rôle de Lady Jessica Atreides se tiennent dans le désert sur le tournage de Dune de Denis Villenueve.

Photo : Chiabella James pour Vanity Fair

An: 2021
Durée: 2h 35m
Directeur: Denis Villeneuve
Moulage: Timothée Chalamet, Rebecca Ferguson, Oscar Isaac

L’épopée de science-fiction de Frank Herbert en 1965 était censée être infilmable. L’adaptation du roman s’est avérée une entreprise trop colossale même pour les talents inimitables de David Lynch, entraînant un flop au box-office de 1984 avec Kyle MacLachlan qui, bien qu’aimé par quelques fidèles, n’a pas réussi à mettre le feu au monde. Il semblait que nous n’obtiendrions jamais une adaptation fidèle et commercialement réussie de la saga d’Herbert sur la montée au pouvoir d’un jeune homme au milieu d’une querelle interplanétaire sur la ressource la plus précieuse de la galaxie connue. C’est-à-dire jusqu’à l’arrivée de Denis Villeneuve.

Le film du réalisateur de 2021, le premier d’une adaptation en deux parties de l’original Dune livre, est une histoire épique de trahison, de rébellion et de destin. Le trio de tête des performances de Timothée Chalamet, Rebecca Ferguson et Oscar Isaac est excellent en soi, sans parler des performances de soutien de Josh Brolin, Jason Momoa, Sharon Duncan-Brewster, et plus encore. Si vous n’avez pas encore pris le temps de regarder Dunevous devez absolument à un moment donné avant Deuxième partie débarque dans les salles en novembre prochain. Croyez-moi, vous serez content de l’avoir fait. —TE

Ex-Machina

Un homme regarde une femme androïde derrière une vitre.

Image : A24

An: 2014
Durée: 1h 47m
Directeur: Alex Guirlande
Moulage: Domhnall Gleeson, Oscar Isaac, Alicia Vikander

Il y a une scène dans les débuts de science-fiction d’Alex Garland en 2014 qui se démarque comme l’encapsulation la plus pure et la plus distincte du film lui-même. Caleb (Domhnall Gleeson), un programmeur qui remporte un concours pour passer une semaine avec son employeur reclus Nathan (Oscar Isaac) dans sa luxueuse maison isolée, est assis pour manger des sushis avec son hôte dans l’après-midi. Caleb demande à son hôte, qu’il aide depuis plusieurs jours à tester un androïde artificiellement intelligent nommé Ava (Alicia Vikander), pourquoi il a choisi de donner de la sexualité à sa création. Les deux hommes échangent des points et débattent, se transformant finalement en une dispute de fraternité qui révèle finalement que la sexualité et le sexe d’Ava ne sont pas pour elle-même, mais plutôt pour l’amusement de Nathan.

Tout cela, remarquez, se passe pendant que l’assistante de Nathan, Kyoko (Sonoya Mizuno), qui ne parle pas anglais, se tient à proximité pour trancher des sushis. Ce n’est pas différent de deux hommes qui se disputent pour savoir si une femme devrait ou non avoir les mêmes droits ou l’autonomie pendant que leurs femmes de chambre nettoient consciencieusement après leurs dégâts, et le film sait cette. Ex-Machina est l’un des meilleurs films de science-fiction des années 2010, non seulement en raison de ses performances élevées ou de sa conception de la production, mais aussi pour les idées et les vérités laides qu’il parvient à exhumer et à montrer à son public dans ses moments les plus anodins. —TE

La série Matrix

Un homme en tenue noire et lunettes de soleil (Keanu Reeves) tient sa paume droite vers l'avant alors qu'un barrage de balles flotte en l'air.

Image: Warner Bros Pictures

Durée: 2h 16m (La matrice); 2h 18m (La matrice rechargée); 2h 10m (Les révolutions matricielles); 2h 28m (Les résurrections matricielles)
Directeur: Lana et Lilly Wachowski (La matrice, la matrice rechargée, les révolutions matricielles); Lana Wachowski (Les résurrections matricielles)
Moulage: Keanu Reeves, Laurence Fishburne, Carrie-Anne Moss

La série Matrix est spectaculaire. Le film de 1999 des Wachowski a fait un trou non seulement au box-office, mais aussi dans la perception d’Hollywood du type d’histoires de science-fiction possibles à l’époque. Chaque film suivant de la série (oui, cela inclut Les révolutions matricielles et Les résurrections matricielles, ne discutez pas avec moi) a continué à repousser les limites des attentes du public au service d’une histoire qui se sent entièrement la sienne. La série Matrix allie action et philosophie, romance et mystère, animation d’effets spéciaux révolutionnaires avec des acrobaties filaires à couper le souffle. Il est la série d’action de science-fiction qui est arrivée à précisément le bon moment pour inaugurer le nouveau millénaire et avec lui, un nouveau standard de cinéma d’action. —TE

Lune

Un homme barbu en robe de chambre et chaussons de maison (Sam Rockwell) est assis dans un fauteuil marron dans un couloir futuriste avec un écran d'ordinateur souriant sur son épaule.

Image: Films de l’étape 6 / Sony Pictures Classics

An: 2009
Durée: 1h 37m
Directeur: Duncan Jones
Moulage: Sam Rockwell, Kevin Spacey, Dominique McElligott

L’un des plus grands de tous les temps dans la catégorie « Regardez ce film sans rien lire à ce sujet », Lune se lit comme un modèle pour tous les films de science-fiction à petite échelle et riches en personnages qui l’ont suivi, de Ex-Machina à Vêpres. Sam Rockwell joue le rôle d’un entrepreneur exerçant un travail solitaire sur la supervision de l’équipement de récolte des ressources sur la lune. Kevin Spacey exprime le robot qui est son seul compagnon. Tout le reste qui se passe à partir de là est laissé au public pour le déballer à son propre rythme, qu’il y arrive avant les personnages ou non. C’est un film tendu, émouvant, mais impitoyablement discret pour les fans de science-fiction intelligents et alertes qui peuvent gérer des drames à combustion lente. Mais si le rythme silencieux semble trop lent, passez un peu de temps à admirer la conception de la production, ce qui donne Lune une qualité tactile sale et vécue qui semble aussi stérile que 2001 : L’odyssée de l’espace et aussi vécu qu’un film Star Wars en même temps. — Tasha Robinson

Nausicaä de la Vallée du Vent

Image : GKIDS/Studio Ghibli

An: 1984
Durée: 1h 58m
Directeur: Hayao Miyazaki
Moulage: Sumi Shimamoto, Gorō Naya, Yoji Matsuda

Hayao Miyazaki a commencé cette aventure post-apocalyptique en tant que série manga, apparemment à la condition qu’elle ne soit jamais adaptée en film – mais il a fini par faire le film lui-même. C’est une partie particulièrement vive de son développement en tant que cinéaste. Réalisé avant que Miyazaki et ses co-fondateurs ne lancent officiellement le Studio Ghibli, le film semble plus formel et solennel que la plupart des films de Miyazaki qui ont suivi, mais il s’agit toujours clairement d’une version proto des goûts de Enlevée comme par enchantement ou Princesse Mononoke – une aventure centrée sur une fille précoce et idéaliste dans un monde fantastiquement détaillé, pollué par la cupidité et la violence, mais qui se guérit néanmoins lentement. Très texturé et plein de grandes émotions évanouies, c’est un conte de fées autant pour les adultes que pour les enfants, malgré le protagoniste enfant et les leçons sur la façon dont l’idéalisme juvénile triomphe de la corruption adulte. —TR

Harceleur

Un homme en manteau noir traverse une pièce couverte de monticules de terre avec deux autres hommes à l'autre bout, debout l'un à côté de l'autre.

Image : Janus Films

An: 1979
Durée: 2h 42m
Directeur: Andreï Tarkovski
Moulage: Alexander Kaidanovsky, Anatoly Solonitsyn, Alisa Freindlich

Il y a très peu d’intrigue dans le chef-d’œuvre d’Andrei Tarkovsky de 1979 Harceleur. D’après le roman de 1972 Pique-nique en bordure de route, le film suit un écrivain, un professeur et leur guide titulaire dans la Zone, une zone interdite dans le désert russe où les lois normales de la physique, et même de la logique, ne s’appliquent pas. Loin d’être une série de pièces arrêtées, Harceleur parle plutôt de la vie intérieure de chaque voyageur et de la façon dont elle se reflète dans le paysage marécageux, boisé et extraterrestre. Une grande partie du film se déroule en plans uniques atrocement longs, documentant les allées et venues lentes dans une taverne décrépite, et la dissolution du trio alors qu’ils atteignent enfin la salle, un endroit au centre de la zone censé exaucer les souhaits. de tout visiteur. C’est une randonnée maussade et souvent silencieuse à travers des paysages étranges, et comme une grande partie du travail de Tarkovsky, il exige que vous le rencontriez selon ses propres termes. —Mike Mahardy

Sous la peau

Une créature humanoïde noire tient un visage humain dans ses mains dans Under the Skin.

Photo : A24

An: 2013
Durée: 1h 48m
Directeur: Jonathan Glazer
Moulage: Scarlett Johansson, Adam Pearson, Jeremy McWilliams

Pour le film de science-fiction et d’horreur étrange et troublant de Jonathan Glazer Sous la peauScarlett Johansson a fait le tour de Glasgow dans une camionnette banalisée et a discuté avec des résidents au hasard, dans une série de scènes d’improvisation destinées à capturer à quel point les vrais humains seraient intrigués par son personnage, un extraterrestre portant un déguisement humain pour attirer les hommes humains.

C’est un film calme, personnel, parfois sinistre, sur le sexe et la mort, les déguisements et la réalité, et le désir de l’inaccessible, qu’il s’agisse d’un nouveau corps ou d’un libre accès à celui de quelqu’un d’autre. Glazer et Johanssen le rendent obsédant, bien que la partition ambiante troublante de Mica Levi contribue tout autant au ton. C’est une autre merveille à combustion lente, mais où Lune est plus sur l’intrigue, Sous la peau est une question d’humeur et de sentiment – en particulier le sentiment de regarder les gens entrer dans la tanière d’une araignée, sans savoir qu’ils sont sur le point de se faire manger. —TR

Voir aussi :   Comment obtenir l'armure Steinbjorn dans God of War Ragnarok

Laisser un commentaire