« Pas de harcèlement généralisé » chez Activision, dit Activision

/
/
/
93 Views

Il n’y a « pas de harcèlement généralisé, ni de harcèlement systémique chez Activision », affirment les conclusions d’une nouvelle enquête, menée et publiée par Activision.

Au cours des 12 derniers mois, deux poursuites majeures ont été intentées contre Activision, affirmant que certains de ses employés sont victimes de harcèlement sexuel et sexuel, et que certains administrateurs de l’entreprise – bien qu’ils soient au courant de divers cas d’inconduite – n’ont pas pris les mesures appropriées. En réponse, Activision a lancé sa propre enquête interne sur les pratiques de l’entreprise et a résultats publiés qui affirment que l’éditeur de Call of Duty n’a pas « de problème systémique de harcèlement, de discrimination ou de représailles ».

« Bien qu’il existe des cas avérés de harcèlement sexiste », déclare Activision, « ces circonstances malheureuses ne permettent pas de conclure que la haute direction d’Activision ou le conseil d’administration étaient au courant et toléraient le harcèlement sexiste ou qu’il y avait déjà un problème systémique de harcèlement, discrimination ou des représailles.

« Contrairement à de nombreuses allégations, le conseil d’administration et ses conseillers externes ont déterminé qu’il n’y avait aucune preuve suggérant que les cadres supérieurs d’Activision Blizzard aient jamais intentionnellement ignoré ou tenté de minimiser les cas de harcèlement sexiste qui se sont produits et ont été signalés. »

Le procès initial contre Activision, déposé en juillet 2021 par le California Department of Fair Employment and Housing (DFEH), accusait l’entreprise de promouvoir une «culture de ‘frat boy’» où certains employés étaient soumis à «un harcèlement sexuel constant, une rémunération inégale, et représailles ». J. Allen Brack, alors président de Blizzard Entertainment, a été spécifiquement nommé dans la poursuite initiale comme ayant une connaissance préalable des allégations de harcèlement et n’ayant pas agi.

Voir aussi :   Obtenez 170 $ de rabais sur un SSD WD Black SN850 de 2 To chez Best Buy

Suite à ces affirmations, Brack a démissionné de son poste de président de Blizzard et divers employés de haut niveau d’Activision-Blizzard ont été licenciés, notamment le concepteur principal de Diablo 4 Jess McCree et le directeur créatif principal de World of Warcraft Alex Afrasiabi.

En septembre 2021, une deuxième action en justice a été déposée par la Commission pour l’égalité des chances en matière d’emploi (EEOC). Cette poursuite a été résolue via un règlement de 18 millions de dollars en mars. Activision a également accepté de se soumettre à des audits inopinés de ses employés par l’EEOC et de permettre à la Commission d’examiner toute plainte en cours pour agression sexuelle.

Activision a recruté Gilbert Casellas, un ancien président de l’EEOC, pour participer à sa propre enquête interne. Ses conclusions ont également été publiées dans le cadre du rapport de l’entreprise :

« Sur la base de son examen, M. Casellas a conclu qu’il n’y avait pas de harcèlement généralisé, de modèle ou de pratique de harcèlement, ou de harcèlement systémique chez Activision Blizzard ou dans l’une de ses unités commerciales pendant cette période. M. Casellas a en outre conclu que, sur la base du volume de rapports, le nombre d’inconduites reflétées est relativement faible pour une entreprise de la taille d’Activision Blizzard.

Le procès initial du DFEH contre Activision-Blizzard est toujours en cours, tout comme une enquête lancée par la Securities Exchange Commission en septembre 2021. Vous pouvez suivre tous les développements de cette histoire en cours avec cet article explicatif.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

This div height required for enabling the sticky sidebar
Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views : Ad Clicks : Ad Views :