Première revue de 1899: l’émission Netflix des créateurs sombres a des problèmes (musicaux)

1899la dernière émission télévisée des créateurs de Sombre, est un casse-tête dès le départ. Dès ses premiers instants, la série joue clairement à un plus grand mystère, quelque chose qui restera résolument opaque même pour la première poignée d’épisodes. Alors que les personnages – tous piégés sur un bateau à vapeur naviguant de Londres à New York où la réalité semble se déformer – se tournent autour, ils sont naturellement méfiants. Rien sur le Kerberos n’est ce qu’il paraît, et la réalité semble s’éloigner à chaque instant.

Mais dans le monde de 1899 il y a au moins une chose qui est incroyablement simple : la sélection musicale. Et dans ce cas, ce n’est pas une bonne chose.

Chaque chapitre de 1899 se termine de la même manière: une amplification régulière du puzzle de la série, une petite révélation (même si elle n’est pas particulièrement révélatrice des mystères centraux, voire auxiliaires de la série), et une chute d’aiguille de rock classique. Ils sont, dans tous les domaines, distraitement ennuyeux.

Une partie de cet ennui est qu’il n’a pas l’impression que quelqu’un ait atteint quoi que ce soit au-delà des choix les plus évidents. « White Rabbit » de Jefferson Airplane est un classique pour une raison, avec son rythme de batterie méthodique équilibrant la folie chaotique des métaphores du pays des merveilles. Et à cause de cela, cela finit par être utilisé dans tout, tout le temps, toujours. Vous pouvez faire le même cas contre l’épisode 6 « Tout le long de la tour de guet » (édition Jimi Hendrix)ou « La lune meurtrière » dans l’épisode 3, et assurément « (Ne craignez pas) la faucheuse » dans l’épisode 4. Les autres Needle Drops du début de saison sont « Child in Time » de Deep Purple et « The Wizard » de Black Sabbath, moins flagrants mais pas moins vexants. Les chansons jouées à la fin des deux derniers épisodes sont suffisamment adjacentes au spoiler pour ne pas mentionner les titres, mais faites-nous confiance : elles sont bien pires.

Vous n’avez pas besoin de savoir chaque fois qu’une chanson a été présentée dans une autre émission de télévision ou un autre film pour savoir qu’il ne s’agit tout simplement pas de coupes profondes. Et malheureusement, 1899 se sent un peu comme un poney à un tour à cet égard, s’appuyant très fortement sur les choix de chansons anachroniques (au moins, ils sont anachroniques si l’on en croit l’année du titre – peut-être une partie du plus grand mystère de la série, qui sait) se sentir en désaccord avec l’époque et souligner la rupture des personnages avec la réalité.

Mais à la fin de chaque épisode, les notes qu’ils frappent ne comptent pas beaucoup. Alors que les mystères tourbillonnent et que les questions obstruent l’expérience, la musique semble juste aussi directe. Surtout face à la partition étrange et industrielle de Ben Frost (qui a également travaillé sur Sombre et Élevé par les loups).

En fin de compte, tout cela met en évidence à quel point le spectacle qui l’entoure n’est pas cohérent. À la fin des six épisodes donnés aux critiques, 1899 a fait peu pour vraiment faire avancer son mystère, et encore moins pour donner à ses passagers l’impression qu’ils sont tout sauf de la partie. Étant donné le chemin Sombre est allé – tissant ses intrigues déroutantes dans une plus grande tapisserie où tout a du sens lors de la révision – il y a certainement de la place pour 1899 pour développer un peu plus ces réflexions. Mais la bande originale donne l’impression que les principaux intérêts de cette émission tombent au mauvais endroit.

Voir aussi :   Les œufs de Pâques d'Andor laissent place à Jar Jar Binks

Lorsque la seule chose qui motive un spectacle est le mystère, tout va commencer à dépendre de la valeur de choc: des personnages convaincants se lavent au profit de la mise en place de la prochaine tournure. Les choix de narration sont trop enfermés dans des subterfuges pour donner l’impression qu’ils signifient quelque chose. Tout ce qui reste est l’ambiance – et quand cela est porté sans beaucoup d’art par des chansons que nous avons tous entendues un million de fois, il n’y a pas une tonne à suivre.

Laisser un commentaire